Ballons de football anciens
  

La coupe du monde avant guerre



Une trentaine d'équipes désirent participer à l'édition de 1934 en Italie. Des éliminatoires se déroulent sur chaque continent pour sélectionner seize formations. Seules ombres à ce succès : l'Uruguay ne vient pas défendre son titre et les Britanniques boudent toujours. A Turin, la Squadra azzurra remporte la Coupe du Monde face à la Tchécoslovaquie (2-1) dans une enceinte toute neuve de 70 000 places, le Stade Mussolini. Le Duce justement et son régime fasciste utilise la compétition comme outil de propagande. L'ambiance est électrique, les matchs violents et des arbitres auraient subi des pressions pour favoriser l'équipe italienne. Jules Rimet a souvent « l'impression que durant cette Coupe du Monde le vrai président de la Fédération internationale de football était Mussolini » mais ce n'est rien à côté des Jeux Olympiques de 1936.

Le congrès de la FIFA a lieu à Berlin durant des olympiades exaltant le régime nazi. Jules Rimet y assiste avec sa fille aînée, Annette. Il apprend, avec une grande satisfaction, que l'organisation de la prochaine Coupe du Monde est attribuée à la France. Mais pour contenter certaines nations, il promet d'agrandir et moderniser les installations sportives et notamment de faire passer le nombre de places du stade de Colombes à 60 000.

Seul le Brésil représente l'Amérique du Sud et les forfaits sont nombreux en ces temps agités : vingt et un pays sur les trente-quatre engagés ont finalement pris part aux qualifications. Dans le salon de l'Horloge du ministère des Affaires étrangères, le petit-fils de Jules Rimet tire au sort les équipes le 5 mars 1938. Au dernier moment, l'Allemagne, suite à l'Anschluss, oblige l'Autriche à ne pas disputer les huitièmes de finale. La Coupe du Monde française a néanmoins bel et bien lieu mais le président de la FFFA et de la FIFA regrette que « si le sport pratiqué à l'échelon international est un puissant moyen de rapprochement entre les peuples, il arrive aussi que la politique vienne gêner les autres nations dans leurs plus belles occasions de rencontres sportives ». Les favoris français et brésiliens se font tour à tour éliminer par les Italiens qui, avec toujours beaucoup de réalisme, enlève leur deuxième Coupe du Monde en battant la Hongrie en finale 4-2.




En partenariat avec :

Collection-football : réédition
unique de
ballons de football en
cuir des années 30 !
  

Liens partenaires | Webmasters | Réalisé par Pixis